Avertir le modérateur

Un vieux mannequin sur le retour, transformé en première dame de France, ce n’est pas gagné … !

 Et on a la chance ineffable qu’elle ne soit pas blonde….

L'interview exclusive accordée par Carla Bruni à «L'Express» avait sans doute pour but d'apaiser les esprits. Raté. A une question posée par Christophe Barbier, évoquant la plainte du président contre le Nouvel Obs, la première dame a eu cette sortie malheureuse: «Si ce genre de site avait existé pendant la guerre, qu'en aurait-il été des dénonciations de juifs?»
Réaction immédiate de Michel Labro, directeur de la rédaction du Nouvel Obs qui juge cette comparaison «parfaitement hallucinante, assez incroyable et pathétique», «parfaitement imbécile» même.
Réactive, Carla Bruni adresse un erratum, intitulé «mise au point» publiée sur le site Internet de l’Express: «J'ai comparé, à tort, les méthodes employées dans les sites Internet avec celles employées par la presse collaborationniste. Si j'ai pu blesser quelqu'un, j'en suis extrêmement désolée. J'ai juste voulu dire tout le mal que je pense de ces attaques ad hominem, qui dégradent l'information. Et le danger potentiel qu'elles représentent».
Contacté par 20minutes.fr, le directeur de la rédaction du Nouvel Obs, Guillaume Malaurie, confie avoir pris note du «retour en arrière» de Carla Bruni même si les propos qu’elle a tenus dans l’interview restent «intolérables». Un communiqué devrait être publié d’ici peu, et une partie de l’hebdomadaire, ainsi que du site Internet, devraient revenir sur l’affaire.

Commentaires

  • Elle est bien comme son mari : elle avance puis recule ! J'espère qu'ils le feront en même temps ça évitera bien des faux pas !!!

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu