Avertir le modérateur

  • Le cul en arc-en-ciel

    363042574.jpg

    Le 28 juin, à Berlin. Il y avait un arc-en-ciel. D'où les crises de larmes du religieux d'en dessous....

    Crédit : REUTERS/Hannibal Hanschke

  • Vous avez dit intolérance ????

    1519672095.jpg

    Manifestation dans le quartier juif ultra-orthodoxe de Jérusalem (Mea Shearim) pour protester contre le déroulement de la Gay Pride dans le centre de la ville, Israël, le 26 juin 2008.

    Crédit : G. COHEN MAGEN / REUTERS

  • Tu es le meilleur Bill, tu as changé la fae du Monde !!!!

    135159619.jpg

    Stéphane de Sakutin AFP/Archives ¦ Bill Gates le 29 janvier 2008 à Paris


    C'est la fin d'une incroyable saga. A 53 ans, Bill Gates tire officiellement sa révérence ce vendredi après 33 ans à diriger Microsoft, une petite entreprise partie d'un garage pour devenir un mastodonte de l'informatique.

    Bien sûr, il gardera toujours un oeil sur «son bébé» comme l'a confirmé Steve Ballmer, le successeur du patron: «Pour les grandes décisions, je consulterai Bill Gates», a t-il expliqué récemment.

    95% de sa fortune part dans sa fondation

    Le rêve d'ado de Bill s'est concrétisé: aujourd'hui, Microsoft équipe neuf ordinateurs sur dix dans le monde. Cette mission accomplie, le célèbre milliardaire endossera un tout autre rôle: celui de réduire la pauvreté dans le monde grâce à sa fondation, créée en 2000 avec son épouse Melinda.

    Bill Gates, souvent brocardé pour ses milliards et sa position dominante sur les PC du monde entier, peut aujourd'hui se targuer d'être l'homme le plus généreux de la planète: il consacre 95% de sa fortune personnelle (58 milliards de dollars) à sa fondation.

    Débordé par Google

    Bien qu'il affirme «réorganiser» ses priorités, les mauvaises langues affirment que son départ est bien opportun, au moment où Microsoft se fait déborder par l'impertinent Google. «Son obsession d'être le premier a précipité son départ», explique à 20 Minutes Daniel Ichbiah, auteur de Bill Gates et la saga de Microsoft (ed. Pocket).

  • Ce n'était qu'un suicide Monsieur le Président

    «Un garde-frontière s’est suicidé à l’aéroport Ben Gourion au moment où le président français Sarkozy était sur le point de partir», a affirmé le porte-parole de la police, Micky Rosenfeld. Il se trouvait à 100 ou 200 mètres de l'avion, dans le périmètre de sécurité, selon lun des principaux quotidiens israélien, Haaretz. Les autorités ont, en revanche, réfuté toute hypothèse de tentative d’assassinat sur le président français. Témoins de l'incident, deux soldates se seraient évanouies sur le tarmac.

    Le coup de feu a été tiré alors qu’une fanfare jouait de la musique, et les chefs d’Etat n’auraient rien entendu, selon le «Jerusalem Post». Le Président et son épouse ont été immédiatement évacués, indemnes, par leurs gardes du corps vers leur avion.

    Le Premier ministre israélien Ehoud Olmert et le président Shimon Peres ont été emmenés d’urgence vers leurs voitures blindées. Ehoud Olmert serait néanmoins remonté à bord de l'avion après l’incident pour saluer le couple présidentiel. L'avion du président français a pu décoller sans autre incident.

    Nous sommes contraints de fermer cet article aux commentaires en raison des débats nauséabonds et passibles de poursuites judiciaires que le sujet suscite. Nous le déplorons et vous remercions de votre compréhension. avec envoyée spéciale sur place Armelle Le Goff

    20Minutes.fr, éditions du 24/06/2008 - 16h42

  • Que le gouvernement continu à nous prendre pour des cons, et on va tout faire péter, on est quant même plus nombreux que le gouvernement....

    «7,1 millions de français vivent sous le seuil de pauvreté, 1,5 million sont des salariés, et François Fillon trouve encore le moyen de débloquer près de 5 millions d’euros pour une campagne publicitaire d’un cynisme révoltant.» La grande opération de promotion sur la réforme sur le pouvoir d'achat, lancée ce lundi par le gouvernement, fait bondir Razzy Hammadi, secrétaire national à la riposte du Parti socialiste.
    «Le slogan: “Vous êtes impatients, nous aussi!» est d’une mauvaise foi affligeante», poursuit-il dans un communiqué. «Aujourd’hui, qui a la possibilité de baisser de suite la TVA sur les produits de première nécessité? Qui a la possibilité d’augmenter le Smic? Qui autorise les augmentations des prix du gaz sinon ce même gouvernement qui demande aux Français d’être patients…», critique Razzy Hammadi.
    Et d'ajouter: «Le président de la République n’a pas fait preuve de patience lorsqu’il s’est augmenté de 152% en 2007, et lorsque les dépenses de l’Elysée ont augmenté de 8,4% en 2008. Il n’a pas non plus fait preuve de patience lorsqu’il a décidé d’offrir plusieurs milliards d’euros chaque année aux foyers les plus riches par le biais du paquet fiscal.»
    Le PS réitère ses propositions
    Le premier secrétaire du PS, François Hollande, a quant à lui estimé que «quand on n'a rien à dire en politique, on fait sa pub». «Plutôt que de dépenser de l'argent pour une campagne de publicité, (le gouvernement) ferait mieux de dépenser de l'argent pour aider les Français, renchérit Stéphane Le Foll, bras droit de François Hollande. Aujourd'hui, ce n'est que de la poudre aux yeux. C'est pas une campagne de communication qui va changer la donne», a-t-il conclu.
    Le PS réitère une énième fois ses «propositions de mesures destinées à augmenter le pouvoir d’achat des français: baisse de la TVA, généralisation du chèque transport, conférence salariale d’urgence pour une augmentation générale des salaires, réglementation des loyers.»
    C. F.

    20Minutes.fr, éditions du 23/06/2008 - 18h55

  • Une première Dame de France de Gauche mais qui vote à Droite par Amour…

    965655870.jpgL’interview de Carla Bruni a finalement été publiée ce samedi dans «Libération». Double fonction (chanteuse et épouse du Président de la République) et double discours. «Je suis consciente du trouble de cette situation de dédoublement parce que cela suscite un trouble en moi aussi», reconnaît-elle. Et d’expliquer, qu’au début, son arrivée à l’Elysée a pu faire jaser : «Il y a un monde qui m’était complètement étranger, le monde des gens conservateurs, c’est-à-dire qui ont été profondément choqués par l’arrivée dans le paysage d’une fille qui n’est pas française, pas mariée, libre d’avoir été qui elle a été, qui a un enfant… J’ai donc demandé à monsieur Charon (Pierre Charon est l’un des conseillers de Nicolas Sarkozy, ndlr) comment désinquiéter ces personnes. Par exemple, je n’avais pas compris la prépondérance du fait d’être mariés.» et de résumer: «je suis une femme moderne mais les traditions ne sont pas modernes.»

    Nationalisation française en cours

    L’occasion de revenir aussi sur sa nationalité, encore italienne, mais bientôt française quand la procédure de naturalisation, «longue pour tout le monde», sera terminée. «Moi, j’ai un passeport italien que je peux garder jusqu’en 2012 (...) Mais symboliquement, je me considère française.»

    Musique et téléchargement

    De son disque, elle parle finalement peu, si l’on excepte quelques lignes sur la chanson «L’Amoureuse», «une chanson sur l’exaltation amoureuse» «développée après» sa rencontre avec son mari mais «écrite avant». Carla Bruni prévient: «je recommencerai à faire des concerts lorsque mon mari ne sera plus président de la République.» La faute à un dispositif de sécurité qui serait trop lourd. Question piratage et téléchargement, Carla Bruni ne dit si elle est pour ou contre la suspension de la connexion Internet prévue par la loi anti-piratage Hadopi mais fustige le Net comme «un lieu en dehors des lois. Or la liberté ne signifie pas que l’on est hors-la-loi.»

    Voter ou pas

    Rayon politique, Carla Bruni confie ne pas être très impliquée. «Je n’ai jamais beaucoup voté. Je m’y mets avec beaucoup d’attention.» Et pleine de contradictions aussi. «Mes réflexes épidermiques sont de gauche» mais «si mon mari se représentait, je voterais pour lui.»

    AA
    20Minutes.fr, éditions du 21/06/2008 - 12h52

    Patrick Kovarik AFP/Archives ¦ Carla Bruni-Sarkozy à Tunis, le 28 avril 2008

  • Au revoir YSL !

    770114046.2.jpg
    Les obsèques d'Yves Saint Laurent
    05/06/2008

    La douleur de Pierre Bergé à l'issue de la messe, soutenu par Carla Bruni. «Il va falloir se quitter maintenant» a-t-il lancé en direction du cercueil de son compagnon.

    Crédit : REUTERS

  • Nous aussi on avait remarqué qu'il faisait six choses à la fois, mais rien de vraiment utile....

    2020216484.jpgEric Feferberg AFP ¦ Carla Bruni et Nicolas Sarkozy le 29 février 2008 à Robben Island

     Quelques vignettes de plus dans le roman-photo élyséen. Dans «Carla et Nicolas, la Véritable Histoire», les auteurs, Valérie Benaïm et Yves Azéroual, entendent lever le voile sur des supposés tabous entourant le couple présidentiel. Mais la véritable surprise réside dans les révélations exclusives de la Première dame. Hormis un entretien donné à «L’Express», et une tribune publiée dans «Le Monde» en réaction à l’affaire du SMS, Carla Bruni-Sarkozy s’était jusqu’alors peu exprimée.

    «c’était un blind date»

    Dans des confidences faites aux auteurs, la Première dame revient ici sur sa rencontre avec le chef de l’Etat, avec Jacques Séguéla dans le rôle du marionnettiste: «En arrivant, j’ai compris que c’était un blind date (...) Cela a été immédiat. Je ne m’attendais pas à quelqu’un de si drôle, de si vivant. Son physique, son charme, son intelligence m’ont séduite. Il a cinq ou six cerveaux parfaitement irrigués. Je n’ai pas connu de crétins auparavant, ce n’est pas mon genre, mais lui ça va très, très vite». Et des remarques comme celles-ci, évoquant la célérité, l'intelligence, la force de travail de son président de mari, il y en a plein le livre. L’ex-mannequin porte à merveille un costume de RP taillé sur mesure.


    Du sur-mesure aussi dans les anecdotes que les auteurs ont glané ça et là, et ont décidé de publier, probablement pour ne pas gâcher. Ainsi on apprend que la fête d’anniversaire du Président, organisée par sa femme, a été gâchée par une dispute entre Michel Sardou et Johnny Hallyday: «Les deux chanteurs se sont fâchés à cause de ce que Sardou aurait dit sur la fille adoptive de Johhny: “Il est allé à Gstaad pour mettre la Vietcong sur des skis”», raconte une invitée.

    «Moi, j’aurais voté pour mon mari».

    On ne choisit pas toujours ses amis. Carla Bruni-Sarkozy n’a en tout cas pas choisi Rachida Dati même si «elle l’amuse beaucoup». On ignore seulement si la garde des Sceaux a beaucoup ri, quand, alors que les deux femmes passaient devant un lit des appartements privés de l'Elysée, Carla Bruni lui a demandé: «Tu aurais bien aimé l'occuper, n'est-ce pas ?». Mais elle concède: «Je ne suis pas Cécilia, je n’ai pas de liste noire.» Voilà pour l’ex-femme de Président, égratignée aussi avec un définitif: «Moi, j’aurais voté pour mon mari».

    Sur le terrain politique, la Première dame ne s’aventure pas plus que ça, et raconte être juste intervenue auprès de Bertrand Delanoë quand celui-ci a comparé Nicolas Sarkozy à Silvio Berlusconi dans la presse italienne. Et Carla Bruni-Sarkozy de conclure sur son époux: «Quand il quittera la politique, sans lui, vous allez vous ennuyer».

    Nadia Daam

    20Minutes.fr, éditions du 04/06/2008 - 16h22

  • Les millionnaires entre eux

    459869871.jpg

    Nicolas Sarkozy rend visite aux joueurs de l'équipe de France au camp d'entraînement de Clairefontaine, le 2 juin 2008.

    Crédit : C. PLATIAU / REUTERS

  • Cécilia très peu souriante

    1209181620.jpg

    Cécilia et Richard Attias à Roland-Garros, le 28 mai 2008.

    Crédit : NIKO / SIPA

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu