Avertir le modérateur

Niqab Pure Provoc !

13 décembre 2010 : A l'origine de la polémique concernant un épicier nantais de confession musulmane, le PV, dressé en avril dernier pour port du niqab au volant à sa compagne, a été annulé ce lundi par le tribunal de police de Nantes. Sandrine Mouleres, 31 ans, avait été arrêtée au volant et verbalisée, le 2 avril dernier, en raison du voile intégral qu'elle portait, le PV faisant mention de l'article 412-6 du Code la route pour "circulation dans des conditions non aisées". Soit une amende de 22 euros. Une contravention contestée par la jeune femme et son compagnon en plein débat sur le port du voile. Si le tribunal de police a donné raison à la conductrice, son compagnon, Lies Hebbadj, est quant à lui sous le coup de deux mises en examen. La personnalité de ce commerçant avait très rapidement évincé l'affaire de la contravention, notamment suite aux déclarations du ministre de l'Intérieur, au lendemain de l'annonce de la contestation du PV. A l'époque, Brice Hortefeux avait dénoncé la polygamie de cet homme de 35 ans. Condamné le 17 novembre dernier à une amende de 700 euros pour "abus de confiance, Lies Hebbadj a été mis en examen pour "viols aggravés" et "escroquerie, fraude aux aides sociales et travail dissimulé".
Métro

niqab.jpg
Anne, une Française de confession musulmane répond aux questions des journalistes aux côtés de son conjoint après avoir été verbalisée au volant pour port du niqab, vendredi 23 avril 2010/AFP/ Alain Jocard

POLITIQUE - Le ministre de l'Intérieur voudrait que le conjoint de la femme verbalisée soit déchu de la nationalité française...

Le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux a écrit vendredi à son collègue de l'immigration Eric Besson pour lui demander d'étudier l'éventuelle déchéance de sa nationalité française du conjoint de la femme verbalisée en niqab au volant, pour polygamie et fraude aux aides sociales.

Après avoir estimé dans son courrier que la contravention avait été dressée «à juste titre», le ministre de l'Intérieur attire l'attention d'Eric Besson sur «la situation de l'individu présenté comme le conjoint de cette femme». Celui-ci, «né à Alger et ayant acquis la nationalité française par mariage en 1999, appartiendrait à la mouvance radicale du "Tabligh" et vivrait en situation de polygamie, avec quatre femmes dont il aurait eu douze enfants», selon Hortefeux.

Déchu de la nationalité française?

Ces quatre femmes, ajoute le ministre de l'Intérieur, «bénéficieraient de l'allocation de parent isolé (et) porteraient le voile intégral». «Je vous serai très reconnaissant de bien vouloir faire étudier les conditions dans lesquelles, si ces faits étaient confirmés, l'intéressé pourrait être déchu de la nationalité française», demande Hortefeux à Besson.

En attendant, le ministre de l'Intérieur a demandé au préfet de Loire-Atlantique, de «faire sans délai, toutes les diligences utiles, auprès du Parquet et des services sociaux, pour réprimer, le cas échéant, les faits de polygamie et de fraude aux aides sociales qui ont été signalés».

B.D. avec agence


28 avril 2010
«Fort de café»

Le père de l'automobiliste verbalisée pour avoir conduit voilée de son niqab a enregistré lundi une déposition à la brigade de gendarmerie de Vieillevigne (Loire-Atlantique), pour dire qu'il n'avait «plus de contacts» avec sa fille qu'il «ne peut plus voir ses quatre petits-enfants», qui seraient «enfermés» par son compagnon Liès Hebbadj.

«La pièce va être versée à l'enquête de police, dirigée par le parquet de Nantes», a indiqué ce mardi à
20 Minutes un gendarme.
 
Cette déposition a eu lieu le jour-même de l’ouverture d’une enquête préliminaire par le parquet de Nantes, après le signalement par la préfecture de Loire-Atlantique d’une «suspicion de relations polygames» ainsi que des «interrogations sur la régularité des aides sociales dont bénéficieraient plusieurs personnes de sexe féminin (...) en relation avec M. Hebbadj».
L’ouverture de cette enquête n’a pas manqué de faire réagir l’avocat de Liès Hebbadj.
 

«M. Hebbadj trouve quand même un peu fort de café que ce soit à cause du recours de sa compagne s’il en est là aujourd’hui», estime me Franck Boëzec. «Quand c’est le pouvoir exécutif qui demande l’ouverture de cette enquête au pouvoir judiciaire, ce n’est pas un signe très sain pour une démocratie. Ça fait toujours froid dans le dos.»

 

A Nantes, Guillaume Frouin

 

12 mai 2010

France 2 porte plainte contre Lies Hebbadj pour vol

France 2 a porté plainte mardi contre Lies Hebbadj, l'homme soupçonné par le ministre de l'Intérieur de polygamie, après une altercation avec une équipe de la chaîne à Rezé (Loire-Atlantique) se terminant par le vol de la caméra. Lire la suite l'article

Une plainte a été déposée mardi après-midi pour «dégradations» et «vol» par la chaîne de télévision, a indiqué le parquet de Nantes.

Une équipe de France 2 s'est fait prendre à partie devant le pavillon de Lies Hebbadj mardi matin, après que celui-ci eut refusé une interview.

Alors que les journalistes tournaient des images dans la zone pavillonnaire, Lies Hebbadj s'est énervé lorsqu'un enfant est passé dans le champ de la caméra. Il a donné un coup de pied dans le matériel avant de l'emporter chez lui, selon le parquet de Nantes.

Une enquête préliminaire est par ailleurs ouverte au parquet de Nantes pour vérifier les soupçons de «relations polygames» pesant sur Lies Hebbadj et les «interrogations sur la régularité des aides sociales dont bénéficieraient plusieurs personnes de sexe féminin qui seraient en relation» avec lui.

Accusé de polygamie par le ministère de l'Intérieur, Lies Hebbadj est le mari de la Nantaise verbalisée pour conduite avec un voile intégral. Le commerçant, qui vit à Rezé, près de Nantes, a en effet été placé sous le feu des projecteurs quand, en plein débat sur l'interdiction du voile intégral, son épouse a décidé de contester une contravention pour avoir conduit en niqab.

Il s'était défendu en affirmant qu'avoir des maîtresses n'était «pas interdit en France». «A ce que je sache, les maîtresses ne sont pas interdites en France, ni par l'islam. Peut-être par le christianisme, mais pas en France», avait expliqué ce commerçant de 35 ans qui porte barbe, keffieh, calotte blanche et djellabah noire.

Libération.fr

Mercredi 9 juin 2010

Hebbadj mis en examen pour "fraude" et "travail dissimulé"

Il a été placé sous contrôle judiciaire avec obligation de remettre son passeport et interdiction de sortie du territoire. Lire la suite l'article

Lies Hebbadj a été mis en examen ce mercredi 9 juin pour escroquerie, fraude aux aides sociales et travail dissimulé, a annoncé le procureur de la République de Nantes, Xavier Ronsin, au terme de deux jours de garde à vue.

Lors d'une conférence de presse, le procureur a indiqué que le commerçant avait été placé sous contrôle judiciaire avec obligation de remettre son passeport, interdiction de sortie du territoire et versement d'une caution de 10 000 euros.

Quatre de ses compagnes, dont son épouse légitime, vont être convoquées ultérieurement par la justice et mises en examen pour fraudes aux aides sociales ainsi que, pour certaines d'entre elles, pour escroquerie.

Lies Hebbadj avait été déféré dans la matinée devant le parquet de Nantes après 48 heures de garde à vue pour répondre de plusieurs chefs d'accusation comme escroquerie, fraudes aux prestations sociales ou encore travail dissimulé.

La compagne arrêtée pour conduite en niqab a été relâchée

L'homme en situation irrégulière placé en garde à vue lundi matin et qui travaillait pour le compte de Lies Hebbadj dans un taxi-phone a fait l'objet d'une "procédure de reconduite à la frontière" à l'issue de sa garde à vue levée lundi après-midi.

La compagne Sandrine Mouleres, mère de quatre enfants, elle aussi placée en garde à vue lundi matin, est ressortie libre mardi à 1h du matin. Elle avait été arrêtée pour conduite au volant en niqab fin avril à Nantes.

Selon le parquet, les perquisitions effectuées lors de sa garde à vue ont été fructueuses et les explications de la jeune femme ont été "suffisantes" sur "les infractions d'escroquerie et des prestations aux aides sociales susceptibles de lui être reprochées".

La contestation de sa contravention pour port du niqab au volant doit être jugée le 28 juin à 9h à Nantes.

Express.fr

hebbadj.jpg

 

 

 

 

 

09/08/2010 - Après ses mises en examen pour fraude...

Si sa compagne n’avait pas contesté sa contravention pour port du niqab au volant, la justice n’aurait peut-être jamais inquiété Lies Hebbadj. Ce commerçant nantais a été mis en examen dimanche pour viols aggravés.

>> Retrouvez tous les articles sur Lies Hebbadj par ici

«J'ai requis un placement sous contrôle judiciaire avec une condition nouvelle, celle de ne rentrer en aucun cas en contact avec l'actuel époux de la plaignante», a indiqué le procureur de la République de Nantes, Xavier Ronsin.

«Il s'agit d'accusations fantaisistes, très anciennes, sur un domaine intime assez invérifiable. Je pense qu'il s'agit probablement d'une manipulation», a déclaré son avocate à la presse à l'annonce de la mise en examen par le parquet.

Soupçons de fraude

Déjà mis en examen il y a deux mois pour soupçons de fraude aux allocations familiales et polygamie, Lies Hebbadj, 35 ans, avait été placé en garde a vue vendredi soir pour viols et violences à l'encontre d'une de ses ex-concubines répudiées depuis, entre 2003 et 2007.

Cette dernière avait porté plainte lors d'une audition par la justice la semaine dernière.

 

hebbadj_2.jpg20 septembre 2010 Le commerçant nantais Liès Hebbadj, déjà mis en examen pour fraude aux prestations sociales, viols aggravés et travail dissimulé, aurait été mis en garde à vue ce lundi matin, selon Presse Ocean. L’homme serait dans les locaux de la police judiciaire. Lire la suite l’article sur 20Minutes.

Le site du journal précise qu’on interrogerait Liès Hebbadj sur «la provenance de l’argent qui lui a servi à payer ses avocats».

 

 

18 novembre 2010

Le tribunal correctionnel de Nantes a condamné mercredi Lies Hebbadj, épicier nantais dont une compagne a contesté en avril une contravention pour port du niqab au volant, à 700 euros d'amende pour «abus de confiance».

Les avocats de M. Hebbadj avaient plaidé sa relaxe lors de l'audience le 20 octobre, tandis que le procureur de la République adjoint Ivan Auriel avait requis deux mois de prison avec sursis. Après l'annonce de la condamnation mercredi, Me Cécile de Oliveira et Me Loïc Bourgeois ont annoncé l'intention de M. Hebbadj de faire appel.

Avec le chéquier de l'association cultuelle

Il est reproché à M. Hebbadj d'avoir payé son avocat (Me Franck Boezec, qui a depuis été remplacé en juillet, ndlr) et celui de sa compagne, Sandrine Mouleres, à l'aide du chéquier de l'association cultuelle musulmane de Rezé, qu'il présidait.

Une plainte avait été déposée le 9 juin par le trésorier de l'association et Lies Hebbadj avait alors remboursé les sommes en cause, à savoir un total de 1.700 euros.

Pour les avocats de M. Hebbadj «l'infraction n'est pas constituée» à partir du moment où la somme a été remboursée et qu'il «n'y avait aucune intention délictuelle».

Une garde à vue d'une journée

Pour cette affaire d'abus de confiance, M. Hebbadj avait fait l'objet d'une garde à vue d'une journée, le 20 septembre dernier, sa troisième en moins de quatre mois. M. Hebbadj a par ailleurs été mis en examen le 8 août dernier pour viols aggravés et le 9 juin pour escroquerie, fraude aux aides sociales et travail dissimulé, affaires pour lesquelles les enquêtes sont actuellement en cours.

Le commerçant nantais s'est fait connaître le 23 avril lorsque lui-même et Sandrine Mouleres ont contesté publiquement un procès-verbal pour port du niqab au volant, en plein débat sur l'interdiction du voile intégral.

Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, avait aussitôt demandé que le commerçant soit déchu de sa nationalité française en évoquant des soupçons de polygamie et de fraude aux aides sociales.

© 2010 AFP

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu