Avertir le modérateur

bangkok

  • Mauvais karma.

    bonze.jpg
     Ces trois bonzes font partie de l’armée de bénévoles thaïlandais qui a tenté jusqu’à lundi de sauver Bangkok de la montée des eaux. Mais leurs prières et leurs efforts à mains nues pour ériger des barrières de sacs de sable – telle celle sur laquelle ils cheminent ici – n’y ont rien fait : les digues ont cédé mardi matin, sous la pression de 8 millions de mètres cubes d’eau, qui ont aussitôt envahi le centre-ville et le tarmac de l’aéroport national. Plus d’un tiers du pays est désormais submergé, son économie est paralysée, les réfugiés se comptent par centaines de milliers, les élevages sont décimés,
    et plus de 350 Thaïlandais y ont d’ores et déjà perdu la vie.
    (Damir Sagoli/REUTERS)

  • Tuk-Tuk amphibie

    bangkok.jpg

    Un tuk-tuk immergé dans la province de Nonthaburi, dans la banlieue de Bangkok.
    Photo REUTERS/Chaiwat Subprasom

  • 2000 foetus humains

    foetus.jpg

    Quelque 2.000 foetus humains, provenant vraisemblablement de cliniques d'avortement illégales, ont été découverts cette semaine dans un temple bouddhiste du centre de Bangkok, a annoncé la police, qui fouille cet édifice depuis plusieurs jours.

    En début de semaine, la police avait déjà trouvé 348 foetus emballés dans des sacs en plastique et du papier journal, dans la morgue du temple où les corps sont stockés avant leur crémation.

    Stockés depuis un an

    Près de 1.700 foetus, également emballés dans du plastique, ont été trouvés vendredi dans deux autres salles de la morgue. Deux personnes chargées des crémations dans ce temple ont avoué avoir entasser les foetus dans trois endroits au sein du temple.

    «Au total, 1.654 foetus ont été trouvés aujourd'hui dans deux salles», a déclaré à l'AFP Sombat Milintajinda, porte-parole de la police. Certains sont stockés depuis plus d'un an, a-t-il ajouté. Le nombre total de foetus atteint ainsi les 2.000, selon la police, qui a annoncé avoir terminé ses recherches.

    Avortement interdit

    Ces découvertes ont choqué le pays et relancé le débat sur l'avortement en Thaïlande, qui l'interdit sauf si la grossesse résulte d'un viol ou si elle fait courir un danger mortel à la mère.

    Cette histoire «montre la gravité du problème», a déclaré le Premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva. Mais il a rejeté l'hypothèse d'une modification de la loi, qu'il décrit comme «suffisamment flexible».

    Les fourneaux sont tombés en panne

    Le ministère de la Santé publique, qui a lancé des opérations de répression contre les cliniques d'avortement illégales après ces découvertes, chiffre à 80.000 le nombre d'avortements illégaux par an en Thaïlande (sur un million de grossesses).

    Selon Dilok Ruennet, chef enquêteur du commissariat du quartier où est situé le temple, les deux personnes chargées des crémations ont été engagées séparément par un réseau de cliniques d'avortement et n'ont aucune idée du nombre de foetus stockés dans le temple. Ils auraient dû être brulés lors des crémations mais les fourneaux sont tombés en panne, ont indiqué les deux hommes à la police.

    © 2010 AFP
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu