Avertir le modérateur

dérives

  • Le "bébé médicament" bientôt quotté en bourse

    Première naissance française d'un "bébé-médicament"

    On les appelle aussi les "bébés de l'espoir" car ils pourront peut-être soigner un de leurs aînés. L'un d'eux est né en France.

    Umut-Talha est ce qu'on appelle un "bébé-médicament", ou encore "bébé de l'espoir", nom préféré par les professeurs René Frydman et Arnold Munnich, qui ont révélé sa naissance ce lundi.

    Il devrait en effet permettre de soigner l'un de ses frères ou soeurs qui souffre d'une grave maladie génétique, la bêta-thalassémie. Cause d'anémie, des transfusions sanguines répétées sont nécessaires à la survie. L'enfant est né par fécondation in vitro après un double diagnostic génétique pré-implantatoire (DPI) permettant le choix des embryons. Une procédure qui a permis de s'assurer qu'il est indemne de la maladie - dont souffrent également les premiers enfants de la famille - et qu'il peut être donneur compatible avec l'un d'eux.

    Loi de bioéthique
    Cette compatibilité tissulaire (HLA) permettra d'envisager une greffe de sang du cordon ombilical qui a été prélevé après sa naissance. La loi française de bioéthique de 2004 et ses décrets d'application, parus en décembre 2006, autorisent cette pratique après accord de l'Agence de la Biomédecine.

    Il y a déjà eu des naissances de ce type dans le monde, aux Etats-Unis notamment depuis une dizaine d'années. Quelques naissances ont été signalées plus récemment en Europe, en Belgique en 2005 et en Espagne en 2008. En France, Umut-Talha est le premier.

    Métro

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu