Avertir le modérateur

dominique strauss-kahn

  • "Je dois avoir une sexualité qui par rapport à la moyenne des hommes est plus rude"

    fille.jpg

    Jade, une des anciennes prostituées parties civiles au procès du Carlton, est en larmes lorsqu'elle évoque un rapport sexuel brutal avec Dominique Strauss-Kahn.
    © BENOIT PEYRUCQ / AFP
    "Absurde !" "Fausse logique !" Dominique Strauss-Kahn a haussé le ton mercredi, au deuxième jour de son audition par le tribunal correctionnel de Lille, s'indignant que la rudesse de ses pratiques sexuelles puisse être considérée comme une preuve à charge. "Je commence à en avoir un peu assez", lâche l'ancien patron du FMI, se tournant, avec un regard glacial vers Me David Lepidi, avocat de parties civiles dans ce procès pour proxénétisme aggravé. "Les comportements que j'ai (...) n'ont de sens que s'ils impliquent que cela nécessite d'avoir des prostituées, ce qui est absurde", tonne-t-il. "Sauf à vouloir me faire comparaître devant les juges pour pratiques dévoyées, ce qui n'existe plus", fait remarquer DSK, dans une allusion à la sodomie. L'ancien directeur du FMI est sur la sellette depuis l'ouverture de l'audience, à mi-parcours de ce procès de trois semaines entamé le 2 février. Sa "brutalité" dans les relations sexuelles rapportées par plusieurs participantes aux soirées incriminées ne s'explique-t-elle que parce que ces femmes étaient des prostituées et qu'il le savait ? "Je dois avoir une sexualité qui par rapport à la moyenne des hommes est plus rude", reconnaît-il. "Que certaines femmes ne l'apprécient pas, c'est leur droit, qu'elles soient prostituées ou pas."

    Le Point  

    dominique strauss-kahn

    Au procès de l'affaire dite du Carlton, les prévenus font triste figure... © Benoît Peruicq/AFP

  • "Dévoré" était on ne peu plus prémonitoire !!!

    cochon_9.jpg

    Le Nouvel Observateur a pourtant décidé de ne pas faire appel de sa condamnation qui lui ordonne une publication judiciaire en couverture du magazine et le versement de 25.000 euros à Dominique Strauss-Kahn, pour avoir porté atteinte à sa vie privée en publiant les bonnes feuilles de Belle et Bête ainsi qu’une longue interview de son auteur Marcela Iacub.

    A.L

    Comme je vous l’avais écris le 1 mars sur mon blog, je l’ai dévoré ce « troche cul ». Je n’ai acheté ce livre que pour le buzz qu’il représentait. Je suis sortie salie de ma lecture. DSK a bien sa place à Rikers. Quand je pense que l’on donne des responsabilités mondiales à des gens qui ont une paire de couilles à la place du cerveau. Je n’ose même pas imaginé ce qu’il a bien pu faire passer sous silence, sous couvert d’immunité. Il continu, même déchu à exercer  ce pouvoir qu’ont les riches de piétiner les pauvres et d’obtenir des passe droit que l’homme ordinaire n’a même pas en rêve. Quand à Marcela qui préfère accuser sa chienne que de défendre la cause des femmes, je n'ai pas de mots pour elle.

    Béatrice QUET-GAILLARD

     

  • DSK frétille dans un poulailler Ukrainien, les FEMEN sont enfermées dehors...

    DSK-a-Kiev.jpg
    L'ancien directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, a opéré mercredi un retour réussi dans le circuit des conférenciers internationaux, en exposant sa vision de l'avenir de l'économie mondiale devant des étudiants et des hommes d'affaires ukrainiens. Organisée à l'initiative de la fondation du milliardaire Viktor Pintchouk, la conférence avait été préparée avec soin, de manière à empêcher notamment l'intrusion de manifestants, et sans que les journalistes ne soient autorisés à poser des questions.
    Photo Gleb Garanich / Reuters

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu