Avertir le modérateur

egypte

  • femen, et Aliaa Magda Elmahdy nue à Paris

    femen_7.jpg
    Alors qu'une partie des électeurs égyptiens votait samedi lors d'un référendum sur la nouvelle constitution, le groupe féministe Femen a organisé une manifestation devant l'ambassade d'Egypte à Paris. Contre l'extrémisme et pour la liberté d'expression, les militantes ont affiché leur soutien à la blogueuse égyptienne Aliaa Magda Elmahdy, qui avait suscité un scandale en osant poser nue
    .Photo Benoit Tessier/Reuters

  • Visite du Qatar à Gaza - 23/10/2012

    qatar.jpg

    Entre deux photos géantes du président palestinien Ismaël Haniyeh et de l'émir du Qatar Hamad ben Khalifa Al Thani, les forces de police de la bande de Gaza veillent au grain. Car pour la première fois depuis le blocus politique imposé par Israël et l'Egypte, la région accueille mardi un chef d'Etat étranger en la personne du leader qatari. Objectif: inaugurer un projet de reconstruction du territoire palestinien.
    REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa

  • La photo qui tue...

    caire.jpg

    L'Egypte post-Moubarak

     

    Sur la place Tahrir, une potence symbolique destinée à Moubarak a été installée. Venus de tout le pays, les Egyptiens s'y font photographier la corde au coup. 
    Vincent wartner / 20 minutes

     

  • L'Egypte vote démocratiquement pour l'installation de la Charia

    egypte3.jpg
    Un grand nombre de femmes sont allées voter.
    Qu'elles soient chrétiennes, musulmanes, voilées ou non.
    APAimages/Rex/sipa

     

  • Image de guerre en Egypte

    egypte1.jpg
    Les photographes, obligés de porter des masques en raison des gaz lacrymogènes, tentent de rendre compte des affrontements qui secouent l'Egypte depuis une semaine. Des milliers de personnes réunies place Tahrir au Caire demandent à l'armée de respecter sa promesse: quitter le pouvoir au profit d'un président élu.
    AFP/MAHMUD HAMS

  • Place Tahrir

    egype.jpg

    Des centaines de milliers de manifestants sont rassemblés place Tahrir pour protester contre le gouvernement,
    Le Caire, Egypte, le 8 février 2011.

    Crédit : M. ABED / AFP

  • Humour Egyptien

    egypte7.jpg

    Un Egyptien brandit un panneau pendant «la marche du million» au Caire, le 1er février 2011.

     

    Crédit : M. MEDINA / AFP

    egypte2.jpg
  • Internet coupé en Egypte depuis vendredi matin

    Les Egyptiens sont privés d’Internet depuis vendredi matin.  Ainsi «environ 88 % du réseau internet n'est plus disponible en Égypte, c'est une première dans l'histoire d'Internet», a déclaré Rik Ferguson, expert sécurité pour Trend Micro, troisième éditeur de solutions de sécurité mondial, à l’AFP. «Les réseaux les plus importants du pays sont coupés, mais il reste encore quelques réseaux minoritaires qui répondent toujours, comme Noor Data Networks», précise-t-il.
    Une coupure à grande échelle à l’impact immédiat qui soulève une question: comment peut-on couper l’accès à l’Internet de tout un pays? Et peut-on vraiment éteindre l’Internet?
    Trou noir
    Pour y répondre, il faut d’abord comprendre comment fonctionne l’Internet. «C’est une somme d’opérateurs autonomes avec des points d’interconnexion, explique Benjamin Bayart, président du fournisseur d’accès FDN, à 20minutes.fr. Les opérateurs communiquent leur réseau d’adresses IP au réseau voisin qui le répercute à son voisin etc. Les informations ainsi échangées font le tour du monde en à peu près cinq minutes.» Soit le temps nécessaire aux routeurs du monde entier pour se mettre à jour.
    En clair, si les routes de l’information ainsi créées étaient des guirlandes lumineuses, l’Egypte ressemblerait aujourd’hui à un grand trou noir. Et ce black-out n’est pas difficile à obtenir. «Par définition, c’est l’opérateur qui coupe l’accès à l'Internet, que ce soit volontairement ou sous la contrainte, poursuit Benjamin Bayart. C’est une instruction à donner sur un ordinateur qui prend deux minutes. C’est du même niveau de complexité que de débrancher chez soi sa box Internet.»
    «Couper l’Internet d’un pays est un acte de guerre»
    «Il est très facile de planter un service donné, de rendre l'utilisation de l'Internet plus difficile ou encore d'éteindre l'Internet en un lieu donné», souligne ainsi Stéphane Bortzmeyer sur son blog (note publiée également sur Owni). Comme en Egypte. «La France est un pays beaucoup plus connecté où il y a un millier d’opérateur, il serait donc bien plus compliqué d’y fermer l’Internet», assure encore Benjamin Bayart qui rappelle au passage qu’ «éteindre les moyens de communication d’un pays est un acte de guerre».  Et à l’échelle mondiale, taquiner le Net devient encore plus difficile.
    L’Internet est en effet un protocole de communication international bien plus large que le seul World Wide Web (WWW) que nous connaissons tous et qui n’est finalement qu’un service largement répandu (et considéré à tord comme l’Internet). Ce qui fait dire à Jean-Michel Planche, fondateur et président de Witbe, que «oui, on peut éteindre le Web mais non, on ne peut pas éteindre l’Internet». Cet expert est d’ailleurs intervenu, aux côtés de Benjamin Bayart, à une table ronde sur le sujet dans les locaux de l’Epitech, jeudi.
    Revenir au modem
    Joint vendredi par 20minutes.fr, Jean-Michel Planche a défendu une idée philosophique du Net: «C’est une illusion totale de penser que l’on peut couper l’Internet car l’Internet, c'est vous, c'est moi. On peut nous empêcher momentanément de parler mais jamais de penser. L'Internet est de cet essence. Tant qu’il y aura des gens pour communiquer, le système ne sera jamais éteint.» Et les moyens de contourner la coupure sont multiples (des statistiques nous permettent d’ailleurs d’affirmer que le site 20minutes.fr est consulté, même faiblement, depuis l’Egypte). «Téléphone satellite, radioamateurs, modem…, énumère-t-il. On l’a vu en Haïti, alors que tout était dévasté, il était possible de faire circuler des informations grâce aux téléphones satellite.» Quand aux radioamateurs, il s’agit d'amateurs pointus qui ont reçu l'autorisation d'émettre sur les ondes.
    Mais la solution la plus simple demeure celle des modems, qui fonctionnent via une simple ligne téléphonique et que FDN est en train de ressortir de ces cartons. «Les messages passent moins vite que via l’ADSL et cela peut prendre plusieurs heures pour regarder une vidéo, mais ça passe», assure Jean-Michel Planche. Pour lui, «ce n’est pas les télécoms le vrai problème mais l’électricité. Tant qu’on a un téléphone et de l’électricité, on peut communiquer». Un autre danger guette le Net selon Stéphane Bortzmeyer, celui d’une certaine standardisation. «Trop de choses dans l'Internet dépendent d'un petit nombre de logiciels, ce qui fait qu'un bogue a des conséquences étendues, estime-t-il. Trop de routeurs utilisent IOS (le système d'exploitation produit par Cisco Systems) et un seul bogue plante des routeurs sur toute la planète. Comme dans un écosystème où il n'y a pas de variété génétique, un germe peut faire des ravages.»

    Sandrine Cochard
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu