Avertir le modérateur

espagne

  • Second supplice pour le Christ....

    christ.jpg
    Trois documents montrant l'original du portrait Ecce Homo, sa version abimée et la version "restaurée" Photo : Elias Garcia Martinez/Centro de estudios borjanos/AFP

    Une octogénaire a massacré le portrait d'un Christ ornant une église du nord-est de l'Espagne qu'elle prétendait restaurer, sans autorisation, provoquant la consternation des protecteurs du patrimoine et l'hilarité des internautes espagnols.

  • Gros poissons.

    canader.jpg
    Avec tout ce raffut, ce pêcheur peut faire une croix sur ses truites. Pourtant, il avait tout fait pour être tranquille… Pour faire le plein, ces Canadair CL215 de l'armée de l'air espagnole écument en rase-mottes la surface du réservoir de Beniarrés, dans la province d'Alicante, en Espagne.
    Crédits photo : Heino Kalis / Reuters/ Heino Kalis / Reuters

  • "Toutes ces coupes budgétaires nous ont laissés sans rien"

    Pompiers.jpg
    Sur la bannière, les pompiers de Mieres, dans le nord de l'Espagne, dénoncent la politique d'austérité menée par le gouvernement. Et pour être bien sûrs d'attirer l'attention, les soldats du feu ont décidé de poser nus à l'intérieur de leur caserne.
    Photo Eloy Alonso/Reuters

  • Poings levés

    mineur_1.jpg
    Mineurs, chômeurs, salariés, employés... A peu près toutes les couches sociales de la société espagnole étaient représentées dans ce cortège, qui a défilé dans le centre de Madrid, lors de cette manifestation contre les nouvelles mesures d’austérité annoncées par le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy.
    Photo Andrea Comas/Reuters

  • Le cochon Funtik raconte n'importe quoi !

    cochon_5.jpg
    Le cochon Funtik avait pronostiqué la victoire de l'Italie à l'Euro, les italiens ont pris une branlée.
    A. STEPANOV / REUTERS

  • Effigie

    pendu.jpg
    Une effigie du Premier ministre espagnol Mariano Rajoy a été pendue à l’entrée de la mine de Pozo Santiago à Caborana, dans le nord du pays. Les mineurs protestent contre la proposition du gouvernement de diminuer le financement pour la production de charbon.
    Photo REUTERS/Eloy Alonso

  • Indignés, un an après

    indi_15.jpg
    Les "Indignados" espagnols ont célébré, samedi 12 mai, l'anniversaire du mouvement des indignés, lancé il y a un an sur la place de la Puerta del Sol. Dix-huit d'entre eux ont été interpellés par la police après avoir refusé de quitter la place madrilène.
    REUTERS/Paul Hanna

  • Du Bonheur de tuer son éléphant.

    elephant.jpg

     Juan ­Carlos sort de son luxueux bungalow construit sur pilotis. Il est un peu plus de 4 heures, ce vendredi 13 avril. Le ciel est violine, l’air encore frais. Le bon chasseur doit se lever avant le soleil. Dans quelques heures, la chaleur va tout écraser, les animaux se terrer pour s’en protéger. Alors, c’est à l’aube que les hommes partent sur les pistes de ces 15 000 kilomètres carrés privatisés, réservés à ces passionnés fortunés, amateurs de gros gibier. A la limite des parcs ­nationaux de Moremi, Chobe et Nxai où vivent des espèces préservées, à bord d’un 4 x 4, le roi va, comme il le fait depuis trois jours déjà, sillonner ces espaces à la recherche d’un éléphant. Ici, le pachyderme, ­sublimé dans le roman de ­Romain Gary « Les racines du ciel », symbole de liberté, ne règne plus. Juan Carlos ne se souvient peut-être pas de l’avoir lu. Dans l’obscurité, il quitte sa chambre et se dirige vers la salle de bains. Il faut gravir quelques marches pour y accéder. Là, Juan ­Carlos aurait trébuché, puis chuté. Sa hanche brisée va tout déclencher. Le roi est tombé, dans ce safari dont le coût est estimé à plus de 40 000 euros ; le roi s’est blessé, loin de l’Espagne qui est en train de trembler et de vaciller.

    A son réveil, le lendemain, le pays découvre sonné, effaré, où se trouve son monarque et quelles sont ses activités. Ce n’est pas seulement la hanche du ­monarque qui s’est fissurée, c’est le lien très ancien d’un peuple avec sa monarchie qui s’est déchiré. Dans la douleur, la confiance s’en est allée. Alors que l’Espagne vit sa plus grosse crise depuis le début de la transition démocratique dont il fut le garant en 1975, le roi n’est pas là. Le roi souffre, mais d’un autre mal que celui qui ­torture les Espagnols. Hier encore, ils se déclaraient « juan carlistas » avant d’être monarchistes.

  • Antonio Nazare a torturé un animal qui s'est défendu avant de mourir....

    torro.jpg
    Le matador espagnol Antonio Nazare est encorné dans les arènes de Séville durant une corrida le 18 avril 2012.
    m. del pozo / REUTERS

  • Séville à l'heure de la Semaine sainte

    burqua.jpg
    La très fervente confrérie catholique "Jesus cautivo y rescatavo" fête la Semaine sainte, qui précède c à Séville. Il s'agit de la célébration religieuse la plus importante de la ville, et l'une des plus célèbres d'Espagne.
    REUTERS/Marcello Del Pozo

  • Confessionals de masse

    confessional.jpg

    Ce sont 200 confessionnaux blancs en forme de voile de bateau qui ont été installés dans l'allée centrale du parc de Retiro, en plein cœur de Madrid, où des centaines de prêtres et évêques de tous pays s'y relaieront dans 30 langues pour recueillir les secrets des pèlerins… Pour recevoir le pape (le 21 août prochain) et plus d'un million de personnes attendues pour les Journées Mondiales de la Jeunesse, la capitale espagnole a sorti le grand jeu.
    P. Armestre/AFP
  • Un hypodrome d'un nouveau genre

    espagne_2.jpg

    Une plage de la ville de San Lucar de Barrameda, dans le sud de l'Espagne, est le théâtre d'une course hippique.
    Photo Javier Diaz/Reuters

  • Marée humaine

    maree_1.jpg
    Bouillonnante de vie, de musique et d'alcool, la ville de Pampelune accueille à partir de mercredi plus d'un million de visiteurs pour les fêtes les plus célèbres d'Espagne : San Fermin. Jusqu’au 14 juillet, plus d’un million de personnes vont assister à ces festivités connues pour leurs dangereuses courses de taureaux. Pour le coup d’envoi donné par le «chupinazo», une fusée a été lancée au cri de «Vive San Fermin!», depuis le balcon de la mairie, devant une marée humaine en blanc et rouge. Dès que la phrase «Pamploneses, Viva San Fermín, Gora San Fermín» a été prononcée, l'émotion a explosé et des milliers de foulards rouges ont été agités pour donner la bienvenue à ces fêtes uniques au monde. (Ander Gillenea/AFP)

  • Le saut du diable.

    espagne_1.jpg
     Bien peu de parents laisseraient faire ça à leurs bébés… sauf en Espagne visiblement. Dimanche, à Castrillo de Murcia, au nord du pays, c’est déroulé le festival El Colacho, une tradition catholique datant de 1620 pour fêter Dieu. A cette occasion, des hommes habillés en diables sautent au dessus de dizaines de bébés posés sur des matelas alignés sur la chaussée. Cette pratique, très dangereuse, vise à chasser les démons de la ville dans l'espoir d'une vie saine et prospère pour ces nouveaux-nés. (Felix Ordonez/REUTERS)

  • Pâques à Valence

    plage.jpg

    Des pénitents sur la plage lors de la procession de Pâques à Valence (Espagne) le 22 avril 2001.

     

    Crédit : JOSE JORDAN / AFP

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu