Avertir le modérateur

xavier de ligonnès

  • Xavier de Ligonnès au JT de 20 heures

    Claire Chazal: Bonjour, Xavier de Ligonnès, merci d’être là avec nous. Vous avez été accusé d’avoir tué votre femme et vos quatre enfants, et de les avoir enterrés sous la terrasse de votre maison. Vous n’avez pas donné votre version des faits, alors que jusqu’à présent nous avons longuement entendu la police, et elle seulement. [Pause.] Pouvez-vous nous dire ce soir ce qui s’est passé dans votre maison de Nantes ce lundi 4 avril?
    XdL: Beaucoup de gens se sont exprimés sur cette affaire. [Pause.] Sauf moi. [Pause.] J’ai toujours clamé mon innocence et je suis content ce soir. Alors je vais vous dire ce qui s’est passé. Il n’y a pas eu d’agression sexuelle. Voilà. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est le procureur. Est-ce que c’était une faiblesse? Je crois que c’est plus grave que cela : c’était une faute, une faute morale. Une faute vis-à-vis de ma femme, mes enfants, mes amis. Mais aussi une faute vis-à-vis des Français. Ils ont été choqués, et je les comprends. Et je n’en suis pas fier. Je l’ai regretté tous ces jours au long de ces cinq mois, et je n’ai pas fini de le regretter.
    Claire Chazal: Est-ce que vous estimez que les médias ont été particulièrement violents à votre égard?
    XdL: Comment vous dire? [Pause.] J’ai eu peur, j’ai eu très peur. Quand vous êtes pris dans les mâchoires de cette machine, vous avez l’impression qu’elle peut vous broyer. Dans cette affaire, j’ai vécu des choses violentes, oui. Un piège, c’est possible.
    Claire Chazal: Mais tout de même, tuer comme ça votre femme, vos enfants, est-ce bien raisonnable?
    XdL : Ma femme est une femme exceptionnelle. J’ai eu une chance folle de l’avoir. [Pause + soupir.] Je lui ai fait du mal. Je le sais. Je m’en veux.
    Claire Chazal : On vous a cherché partout pendant plusieurs mois. Et vous, pendant ce temps, vous habitiez tranquillement dans une belle maison.
    XdL : On a trouvé un deux-pièces de 20 m². Les voisins ont fait une pétition pour que je parte, et je les comprends. Alors on a loué une maison, pour ne pas avoir de voisins. Je n’ai pas aimé cette maison. Elle a coûté cher. Mais c’était ça ou bien…
    Claire Chazal : Vous savez que cette histoire choque à la fois les femmes et les défenseurs de l’enfance maltraitée.
    XdL : Je comprends que vous abordiez ce point. J’ai vu mille fois dans la presse ce qui avait été dit, le portrait que l’on a fait de moi. Et ce portrait, moi, je ne l’aime pas. Même si j’y ai ma part de responsabilité. C’est tout le contraire. J’ai du respect pour les femmes. [Pause + début de larme.] J’ai vu la douleur que j’ai créée autour de moi. Et j’ai réfléchi. J’ai beaucoup réfléchi. Et cette légèreté, je l’ai perdue. [Pause.] Pour toujours. [Pause.] Je ne suis bien évidemment pas candidat à l’élection présidentielle.
    Claire Chazal : Parlons maintenant de musique country. Vous êtes un amateur éclairé. Est-ce que, d’après vous, le mouvement qui vise à intégrer Wanda Jackson à la country est justifié ?
    XdL : Je ne suis pas inquiet pour Wanda Jackson. Mais pour cela il faut bien comprendre ce qui s’est passé. Le chemin de crête est difficile. La boule de neige grossit. Claire Chazal, le piège est un peu évident.
    Claire Chazal : Alors, Xavier de Ligonnès, avant de conclure, revenons un peu à vous-même. Comment imaginez-vous votre avenir ? Vous exercerez dans le privé ?
    XdL : Je vais d’abord [pause] me reposer. Je vais prendre le temps de réfléchir. Mais toute ma vie a été consacrée à essayer d’être utile et [pause] on verra.
    Claire Chazal : Merci beaucoup, Xavier de Ligonnès, d’être venu sur ce plateau.
    XdL : … [Pause christique.]

    Iégor Gran
    Paru dans Charlie Hebdo n°1005

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu